Saint-Gilles (19/08/2017) : Triomphe de Solalito face à une excellente novillada de Bruno Blohorn...

  • Imprimer

©Daniel Chicot
©Daniel Chicot
En ce samedi 19 août, l'empresa saint gillois "Toro Pasion" organisait, avec le concours du centre français de tauromachie, une novillada mixte. Au programme le rejoneador Tony Martins et les novilleros sans picador El Rafi, Adam Samira et Solalito. Le meilleur des trois, désigné par jury, eut droit de toreer le quatrième. Le tout arbitré par des erales de Bruno Blohorn.

Tony Martins ouvrait les débats face à un très bon novillo de Blohorn. Face à ce brave animal, le rejoneador livra une prestation irrégulière, posant des banderilles précises mais se faisant souvent toucher la monture. Mort défectueuse. Légers applaudissements.

Le second doté d'une belle transmission dès les premiers capotazos, obligea le Rafi à le lidier par fuera, sous peine de se faire déborder. Le Nîmois se chargea lui même de poser les banderilles avec réussite. Brindis à Pierre Marie Meynadier. Face à un animal encasté, possédant une belle alegria, El Rafi trouva de suite la bonne distance, éditant une faena ambidextre de haut vol. Serein dans son toreo, dominant totalement son sujet, il embarqua son noble opposant dans des séries harmonieuses et classieuses. Il remata cette prestation convaincante par une tanda de luquecinas avant de tuer par une entière sin puntilla au quatrième assaut. Cette défaillance aux aciers lui ôta à coup sûr une oreille, voir les deux. Vuelta.

Le troisième dévolu à Adam Samira montra dès les échanges initiaux beaucoup plus de complications que son prédécesseur. A la muleta, le Blohorn demandait les papiers, présentant son lot de complications avec une pointe de violence. Face à ce bicho, Adam fut mis à l'épreuve et se montra encore vert pour résoudre tous les problèmes posés par cet astado. Malgré plusieurs désarmés ternissant l'ensemble, il ne démérita pas, faisant preuve de volonté tout au long de la lidia. L'on retiendra notamment deux belles séries de naturelles. Il tua par une lame entière d'effet lent. Ovation avec Salut.

Solalito salua son eral par veroniques. S'en suivit une belle et saine compétencia au quite entre lui et El Rafi, le premier servant des calecerinas, quant au deuxième des chicuelinas. Au dernier tercio, le novillo se révèla être un très bon collaborateur, pourvu de caste et d'une belle mobilité. Dans une muleta encore très perfectible, Solal imprima une faena plaisante et esthétique. Il imprima les moments les plus purs de la tarde par des derechazos main basse et corps relâché. Mort en deux temps, libérant un pavillon du palco présidentiel. Oreille, Vuelta en compagnie du ganadero et vuelta au novillo.

Désigné meilleur novillero, c'est donc Solalito qui gagna le droit de toreer le dernier du lot. Solal le réceptionna par veroniques avant que ses deux autres compères de la tarde ne réalisent ensemble un quite alimon. Réplique sans attendre de Solalito par un quite osé, vu le vent, par tafalleras. Entame très décidée de faena à genoux le long des planches. Cet exemplaire de Blohorn se montra, comme ses frères, très intéressant. Manquant encore de maîtrise technique pour profiter pleinement de ce bicho, le nîmois édita une fois de plus une prestation très allurée et bien rythmée, connectant avec un public entièrement conquis. Il conclut sa faena par des bernardinas très rapprochées avant de tuer d'une épée trasera et caida. Oreille et pour la deuxième fois vuelta en compagnie du ganadero.


Arènes Emile Bilhau de Saint Gilles (30)
Samedi 19 août à 17h30
5 novillos de Bruno Blohorn donnant tous du jeu, le quatrième, premier de Solalito, étant primé d'une vuelta al ruedo posthume.
1/3 apparent.
Beau temps
Durée : 2h20.

T.Martins:Légers applaudissements
El Rafi: Vuelta après avis.
A.Samira: Ovation avec Salut après avis.
Solalito: Oreille / Oreille.

 

Alexandre Guglielmet

 


Voir le reportage photographique : Daniel Chicot