Bayonne (15/08/2017 - matinale) : Belle novillada sans picador matinale...

  • Imprimer

@Philippe Latour
@Philippe Latour
Le temps incertain (averse juste avant le paseo) a retenu sûrement quelques spectateurs chez eux. Mal leur en a pris, car la non piquée du 15 août s'est révélée être un bon cru.

Que les éleveurs, les frères Bats, en soient remerciés, car leurs erales (tous d'origine Miranda de Pericalvo) à l'exception du dernier ont donné du jeu et de l'intérêt et permis aux apprentis toreros de montrer leur savoir-faire.

Face au 1er de l'envoi (qui sera le meilleur) excellent tout au long de sa pelea El Rafi va se montrer à son avantage. Alluré dans sa réception au capote, il va planter les banderilles avec des fortunes diverses. Noble à souhait et encasté, l'eral va se laisser embarquer des deux côtés dans une faena complète et pleine de toreria, les meilleures séquences se faisant sur la corne gauche. Rafi a gusto avec la flanelle va gâcher les fruits de son travail avec une conclusion aux aciers de très médiocre qualité. La dépouille de l'Alma Serena repartira sous une chaude ovation, et le torero s'octroiera une vuelta pour la qualité de sa faena.

Le deuxième eral sera moins clair dans ses charges tout en offrant des possibilités. Allègre et fleuri dans son répertoire à la cape, Alejandro Adame enthousiasme le public grâce à ses zapopinas. Après un début par des statuaires ultra-serrées, le mexicain va trouver le rythme et le tempo en début de faena. L'animal qui a une tendance à peser sur l'homme, ne va pas lui permettre de maintenir constante la qualité de la faena qui sera d'intensité inégale en allant a menos, malgré la volonté du jeune homme. La conclusion tauricide sera médiocre avec une épée basse. Vuelta après légère pétition.

Léger de gabarit, le 3ème va proposer une charge quelque peu désordonnée dans la cape de Manuel Diosleguarde qui ne s'accordera guère avec lui. Après quelques passes de réglage, le salmantin va trouver la bonne distance et livrer un labeur complet et alluré des deux bords. Malgré un accompagnement par une lugubre musique, la faena comportera d'excellent moments soulignés par des détails très toreros. L'entière finale libérera une oreille pleinement justifiée.

Le 4ème fera figure de vilain petit canard, que ce soit par son gabarit (très gacho de pitones) ou par son moral. De fait Ismael Jimenez connaîtra pas mal de difficultés avec l'Alma Serena. Séquence brouillone de cape face à un animal difficile à fixer et méfiant. L'eral est réservé et tardo, Jimenez ne propose de fait qu'une faena electrique à contre-style non sans démontrer sa réelle envie de triompher. L'ensemble est décousu. La conclusion avec l'épée au recibir tranche avec les difficultés de ses compagnons de cartel et justifie à elle seule l'oreille concédée.

Bayonne
1/5ème d'arène
4 Erales d'Alma Serena

El Rafi Vuelta
Alejandro Adame Vuelta
Manuel Diosleguarde Oreille
Ismael Jimenez Oreille

Divers prix furent remis à l'issue de la novillada dont celui du novillero le plus complet et de la meilleure faena à Manuel Diosleguarde (que l'on reverra vraisemblablement en finale en septembre), celui de la meilleure estocade allant à Ismael Jimenez et celui du meilleur quite à El Rafi.

Philippe Latour

 

Voir le reportage photographique : Philippe Latour