• 1

El Azabache, Vincent Perez et Jose Antonio Valencia triomphent à Raphèle !...

Les arènes de Raphèle-les-Arles ouvraient leurs portes à une novillada sans picador organisée par l'ACCM. À cette occasion, le petit village célébrait le retour des novilladas après 30 ans d'arrêt.

Le cartel mettait aux prises El Azabache (E.T Arles), Hector Edo (E.T Castellon), Vincent Perez (E.T Arles) et Jose Antonio Valencia (E.T Arles).

Le matin, la tienta de deux superbes vaches de Patrick Laugier que le maestro Thomas Dufau mit parfaitement en valeur permit aux plus jeunes élèves de l'Ecole Taurine (Saskia, Miguelín, Eva et Vincent) de montrer leurs progrès.

El Azabache ouvrit l'après-midi de la meilleure des manières en ravissant les deux pavillons du bon François André. Il réalisa une prestation des plus abouties tant au capote qu'à la muleta, faisant valoir son temple et sa délicate conception du toreo, et tuant d'une épée décidée et efficace.

L'espagnol, Hector Edo gâcha avec les aciers une faena méritoire et templée face à un novillo plus compliqué que ses frères.

Brillant et varié au capote, Vincent Perez (véroniques, demies, chicuelinas, tafalleras, lopecinas, largas, ...) livra une faena intéressante, sûre et maîtrisée, pleine d'envie et détermination conclue d'une belle épée à l'encuentro, lui valant les deux oreilles de son opposant.

Jose Antonio Valencia a illustré avec une grande envie une tauromachie venue d'ailleurs, capote varié, pose de banderilles risquées, muleta joyeuse et une épée engagée entraînant l'obtention logique des deux oreilles.

Envie, variété, élégance, les quatre apprentis toreros ont su transmettre aux plus de deux cent spectateurs leur plaisir de toréer, et conclurent heureusement une belle journée tauromachique.


Arènes de Raphèle-les-Arles

Jolis novillos de Francois André, maniables à divers degrés.


El Azabache : deux oreilles.
Hector Edo : silence.
Vincent Perez : deux oreilles.
Jose Antonio Valencia : deux oreilles.




(communiqué)