• 1

Mont-de-Marsan (19/07/2014 - tarde) : Diego Urdiales domine les Victorino et sort par la grande porte...

 

Photo : Isabelle Dupin
Photo : Isabelle Dupin
La corrida retransmise en direct sur Canal Plus, les arènes pleines, un lot très intéressant de Victorino Martin et trois toreros avec envie et personnalités ont donné beaucoup de relief au quatrième spectacle de la feria.

 
Diego Urdiales oreille aux deux
Manuel Escribano silence et oreille après avis
Alberto Aguilar tour de piste et ovation après avis 
 
Victorino Martin, père et fils peuvent être fier du lot envoyé à Mont de Marsan. A part le second toro faiblard, les cinq autres ont donné matière et intérêt à l’après midi.
 
Diego Urdiales, inédit dans les arènes du Plumaçon a su convaincre le public par la sincérité de son toreo : Grandes séries de la gauche avec des naturelles accordées et enchainées au centre de la piste, un placement impeccable pour lier les passes, une honnêteté sans faille à l’heure de l’estocade, qui lui vaudra un «vol» à son premier toro et une franchise sans artifice. Voilà les raisons de sa sortie en triomphe aujourd’hui.
 
Manuel Escribano, qui lui aussi faisait sa présentation à Mont de Marsan, tombe sur un toro juste de force. Le cinquième Victorino redouble de noblesse. Après des poses de banderilles un rien longuettes, le protégé de Robert Piles offre son combat à Geneviève Darrieussecq, Maire de la ville. Planté au centre de la piste, il réalise des passes changées à la dernière minute qui déclenchent la musique avant même qu’il ne torée de la gauche. Une épée en place lui concède l’oreille. Demain le torero est attendu près des plages à Saint Vincent de Tyrosse avec la star légendaire mexicaine El Pana.
 
Alberto Aguilar aurait pu accompagner Urdiales par la grande porte. Le petit torero, petit par la taille, a su maitriser les charges de son premier toro, en lui donnant de l’importance avec distance. Ses essais à la mort le privent de l’oreille et le public l’oblige à faire un tour de piste. Le sixième toro sera piqué trois fois par Juan Carlos Sanchez. Aux banderilles Raul Bonilla saluera. Épuisé, le toro s’éteint trop vite pour permettre une faena.  
 
Agnès Peronnet