• 1

Arles (06/06/2021 - tarde) : Et El Rafi devint matador de toros...

Visuel Arles 06062021TGrand jour pour le jeune torero nîmois El Rafi qui prenait l’alternative et pour l’aficion française pour qui cette journée taurine arlésienne était la première de ce qu’on espère tous être l’ère post-Covid.

On est encore dans une période de doute pour les aficionados ce qui peut expliquer que le lleno n’est pas été atteint. C’est un peu dommage compte tenu de la dérogation négociée et obtenue pour organiser cette journée taurine, et les risques pris pour les monter avec des contraintes fortes pour le faire en sécurité. Nos amis espagnols ayant quelques festejos d’avance sur nous, ils sont en mesure de nous aider pour apprendre à porter correctement le masque. Soyons optimistes, nous devrions atteindre leur niveau de respect des règles au bout de quelques après-midi et ce avant que la pandémie ne s’achève.
La course a ressemblé à ces matches de reprises en début de saison avec une alternance de bons et moins bons moments.
Les six toros de Pedraza de Yeltès, tous bien présentés, formaient deux lots distincts avec trois (3ème, 4ème et 6ème) très typés Aldeanueva qui ont été les plus intéressants de la tarde en particulier au cheval. Les 1er et second ont manqué de fond et de force et le 5ème le plus noble du lot s’est malheureusement blessé ce qui mis fin à la faena. Ils ont manqué de fond et de transmission à l’exception des deux derniers ;
Daniel Luque mal servi à son premier à été décevant à son second.
Adrien Salenc a fait preuve de beaucoup d’envie mais il a eu beaucoup de malchance avec la blessure de son second toro alors que le jeune torero était en train de construire une faena intéressante.
El Rafi a fait preuve de beaucoup de calme et de sérénité malgré l’enjeu et l’émotion que peut engendrer la prise d’alternative. Il a touché le meilleur toro de l’après-midi en sixième position et à couper la première oreille de sa carrière de matador.

Le premier sort avec quelques signes de faiblesse. Abanto, il prend deux piques sans s’employer. Après la cérémonie d’alternative, El Rafi brinde le premier toro de sa carrière à sa famille. Le Pedraza est noble mais manque de force et de fond. Toréé par le bas, il tombe, toréé à mi hauteur, il a une charge courte et il envoie un coup de tête en fin de passe. Le nîmois arrive à enchaîner une bonne série de la droite avant de prendre la main gauche. Avec relâchement, El Rafi réalise une très bonne série de naturelles de face. Cité de trois quarts, le toro passe moins bien. La faena, malgré l’application du torero, manque d’émotion parce que son opposant manque de classe et ne transmet rien. El Rafi conclut d’une demi-épée et d’un descabello. Vuelta pour le torero et palmas y pitos pour l’arrastre.

Le second est bien reçu à la cape par Daniel Luque. Juste de forces, il prend une première pique en se défendant plus qu’il ne pousse. Bien mis en suerte à la seconde, il vient de loin et pousse sur une corne. Le torero de Gerena récupère les trastos et commence sa faena en doublant le toro puis par des derechazos, muleta à mi hauteur. Le Pedraza, qui n’a qu’une demi-charge, manque de fond et de transmission. La troisième série à droite sera la meilleure d’une faena qui va à menos par la faute de l’animal. Silence après une quasi entière en place et deux descabellos.

Avec le troisième est typé Aldeanueva comme tous les Pedraza qui ont fait les grands moments de cet élevage en France. Il prend un premier puyazo en mettant les reins et s’investit moins à la seconde rencontre. En début de faena, il a plus de longueur de charge que les deux premiers. Adrien Salenc en profite pour enchaîner deux bonnes séries à droite. Mais le toro manque d’alegria et transmet peu malgré la bonne volonté et l’application du jeune torero provençal. Le toro, va à menos, se rapproche des tablas, Adrien change de registre pour un final plus trémendiste qui plait au public. Il coupe une oreille après une entière légèrement tombée efficace. Le tercero de la cuadrilla sera sévèrement bousculé par le toro qui se relève au moment d’être puntillé. Une oreille pour Salenc et quelques sifflets pour le toro.

Le quatrième ,typé lui aussi Aldeanueva, est bien paré à la cape par Luque. Il prend un premier puyazo en poussant . Mis au centre, il vient au pas et sans grande fixité pour prendre une seconde pique en mettant les reins. Le Pedraza est un manso con casta. Il a des qualités mais aussi des défauts que Luque essaye de corriger. Le torero nous a habitués à insister et à aller chercher des faenas là où on ne croyait pas que c’était possible, Face à ce toro de Pedraza, il manque de motivation et prend l’épée après quatre enchaînements à droite et tue mal .Silence pour le torero et palmas pour le toro.

Le cinquième n’est pas typé Aldeanueva mais est pourtant le plus lourd du lot (610 kg). Il prend une première pique en poussant et se défend lors de la deuxième rencontre. Marco Leal et Diego Valladar saluent après un bon tercio de banderilles. Le toro est juste de forces mais noble, il offre des options intéressantes au torero. Adrien Salenc a une vraie envie de toréer et de triompher chez lui et devant les caméras de Toros TV. Porté par le public, il enchaîne deux bonnes séries et la faena s’annonce pleine de promesses. Hélas le Pedraza se blesse à un sabot et Adrien, doit abréger. Il tue d’une bonne épée et reçoit une ovation de sympathie d’’un public tout aussi déçu que lui.

Le sixième est lui typé Aldeanueva. Bien mis en suerte et piqué, il prend deux puyazos en poussant et mettant les reins. Ce sera le premier et seul tercio de varas tel qu’on s’attend à les vivre avec des Pedraza de Yeltès. Le bicho est suelto mais est noble et transmet. EL Rafi le double et commence par deux bonnes séries à droite. Puis il prend la main gauche, pour deux séries de naturelles relâchées et templées qui seront les meilleurs muletazos de la tarde. Il a confirmé face à ce toro qui sans être exceptionnel, qu’il avait du potentiel en particulier grâce à une excellente main gauche. Le nîmois, adoubé à Arles, coupe la première oreille de sa carrière de matador après une entière un peu longue à faire effet.

 

Fiche technique
Arènes d’Arles, Dimanche 6 Juin 2021, corrida de toros.
6 toros de Pedraza de Yeltès, bien présentés, justes de force pour la plupart, les deux derniers ressortent du lot. Le cinquième s’est blessé en cours de faena obligeant le matador à abréger celle-ci pour :


Daniel Luque : un avis et silence, silence
Adrien Salenc : un avis et une oreille, ovation
El Rafi qui a pris l’alternative : un avis et vuelta, deux avis et une oreille
Le toro d’alternative portait le numéro 49, né en Mars 2016 et pesait 580 kg
Douze piques, cavalerie Bonijol
Salut de Marco Leal et Diego Valladar au cinquième
Poids des toros : 580,595, 565, 565, 610 et 600 kg
2500 personnes environ
Chaleur, soleil, un peu de Mistral

Thierry Reboul

 

Voir le reportage photographique : ElTico