• 1

Istres (14/06/2019) : Une oreille de son toro d'Alternative pour Adrien Salenc, qui perd le triomphe à l'épée, une pour Roca Rey...

©ElTico
©ElTico
La France taurine connaît son 66ème matador de toros : Adrien Salenc a coupé une oreille de son toro d'Alternative, "Zafarrancho" de Zalduendo et avait le triomphe au bout de l'épée à l'issue de sa belle faena face au dernier de l'envoi, avant de connaître le désastre aux aciers.

Vraiment dommage pour le nîmois, auteur de deux prestations poderosas sous les yeux de son Maestro de toujours et parrain d'Alternative, El Juli, dans des conditions rendues difficiles par le vent violent. Un El Juli également en délicatesse avec l'épée, qui a perdu au moins un appendice de son second opposant à la suerte suprème. Moins bien servi au sorteo que ses compagnons de cartel, Roca Rey a obtenu une oreille un poil contestée du cinquième, mais a pu illuminer le Palio de son toreo de cape avant que son adversaire n'hypothèque la suite de son combat sur deux vueltas de campana bien malvenues.

Laurent ElTico Deloye


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Adrien Salenc salua son toro d'alternative par larga de rodillas , enchaînant par veroniques soignées. Sur l'unique ration de fer, le Zalduendo fit chuter la monture après que le cavalier ait cassé le bout de sa pique. Quite de Salenc par de belles chicuelinas, écoutant ainsi une ovation. Après la cérémonie d'alternative, Adrien dédia ce combat à son père, ou l'émotion fut réciproque. Face à un animal maniable, le neo-matador ne mit pas longtemps à trouver le bon sitio, éditant une prestation de qualité, rythmée et bien construite qui déclencha rapidement les airs musicaux. Sous des rafales de vent de plus en plus gênantes, il alterna de douces tandas templées et poderosas, qui trouvèrent écho sur les tendidos. Manoletinas serrées en guise de clôture avant de loger une lame traserita non concluante, entraînant un coup de descabello final. Oreille.

El Juli resta discret lors de la réception du second de la tarde, Eole s'invitant dans le capote de l'espagnol. Au tercio de varas, le Zalduendo prit deux puyas appuyées sans montrer de bravoure sous le châtiment. Face à un astado mansito, allant à menos, le Juli fit une démonstration de technique pour extirper de cet animal tout ce qu'il avait à donner. Malgré des rafales de vent persistantes et gênantes, le madrilène fit l'effort et domina totalement son sujet, culminant ce trasteo plaisant lors de deux magnifiques séries gauchères majestueuses faisant raisonner des olés appuyés. Une mort en quatre temps lui fit écouter de simples applaudissements.

Le troisième du lot prit une seule pique sans histoire avant de voir Roca Rey brinder à l'assistance. A la muleta, le Zalduendo se montra manso et peu propice au toreo. Après plusieurs tentatives sans résultat, Roca Rey partit le toreer dans sa querencia, arrachant quelques muletazos isolés. Mort défectueuse sans engagement. Silence.

Le second du Juli se montra distrait à sa sortie. Face à la cavalerie, il reçut deux piques sans histoire. Au dernier tercio, le bicho fut noble malgré des conditions physiques limitées. Visiblement très motivé, Juli put profiter d'un piton droit remarquable pour tracer sur le sable istréen des séries de haute facture, faisant vibrer les tendidos. Sur la pendante, le résultat fut plus mitigé, le Zalduendo se montrant nettement moins intéressant. Mort sans engagement par bajonazo au troisième essai. Ovation avec salut.

Roca Rey se distingua lors de la réception de son second adversaire, servant veroniques, chicuelinas et revolera allurée. Après une monopique, le péruvien livra un quite somptueux par chicuelinas et cordobinas. Avant l'entame de faena, le Zalduendo réalisa une spectaculaire vuelta de campana, avant d'en faire une autre plus légère sur les muletazos initiaux. Devant cet exemplaire accusant le coup, Roca Rey le mainteint à flot par une tauromachie douce, à mi-hauteur. Sans être d'une grande intensité, dû aux conditions restreintes du bicho, le protégé de Ramon Valencia imprima quelques passages agréables mais sans que le tout ne puisse prendre de l'ampleur. Mort par entière un poil de côté, d'effet rapide. Oreille généreuse et contestée.

Le dernier de l'après-midi reçut une légère ration de fer. Sous un ciel gris très menaçant, Adrien Salenc débuta son labeur par des passes par le haut données avec allure. Face à un à animal présentant ses complications et se montrant de plus en plus réservé au fil des séries, Salenc dessina un trasteo mature et technique, laissant ainsi une impression convaincante dans le ruedo istreen. Très poderoso et sûr de lui, le natif de Nîmes imprima les meilleures séquences sur tribord et sans un échec répété aux aciers, il aurait dû sortir à hombros de la plaza. Silence.


Arènes du Palio à Istres (13)
Vendredi 14 juin a 18h
6 toros de Zalduendo ( Cacérés)
Poids : 498 , 495 , 497 , 510 , 508 , 501.
Beau temps
Durée : 2h37
Présidence : K.Kehiha / A.Cervantes / C.Roche
Plein apparent

El Juli : Applaudissements / Ovation avec Salut.
A.Roca Rey : Silence / Oreille
Adrien Salenc : Oreille / Silence après avis

Adrien Salenc prenait l'alternative face à Zafarrancho , portant le numéro 110 , negro , né en mai 2015 et pesant 498 kilos.
Adrien Salenc est devenu , ce jour , le 66 ème matador français.
Salut des trois toreros après le paseo.

Voir le reportage photographique : ElTico