• 1

Nîmes (08/06/2019 - tarde) : Antonio Ferrera et David De Miranda par la porte des cuadrillas au terme d'une corrida fleuve...

©ElTico
©ElTico
Ce samedi après-midi, les arènes de Nîmes proposaient une corrida avec huit toros de Jandilla/Vegahermosa. Côté piétons, Antonio Ferrera, Roman qui remplaçait Emilio De Justo blessé, Toñete et David De Miranda, récent triomphateur de Madrid et invité de dernière minute.

David De Miranda connut une réception capotera saccadée avant de conduire son Jandilla pour deux piques sans histoire. Le natif de Trigueros partit au quite par de magnifiques saltilleras qui firent raisonner le conclave. Cérémonie de confirmation. Entame de faena par statuaires très stoïques, rematées par une passe du mépris a gusto. Trouvant sans attendre le bon sitio à cet animal collaborateur, David De Miranda offrit au public une faena de haute volée, à base de temple, rondeur, finesse et fluidité. Cette prestation convaincante connut son apogée sur la diestra, enroulant parfaitement son adversaire en laissant courir la main. Sur les bernardinas finales, il se fit sérieusement accrocher, restant pendu au piton droit par la chaquetilla durant de très longues secondes. Miraculeusement indemne, il repartit au combat avec engagement, terminant par de nouvelles bernardinas frissonnantes. Mort par lame entière, un poil de côté, délivrant deux oreilles du palco.

Antonio Ferrera salua avec goût le second de la tarde qu'il fit que très peu châtier pour cause de manque de conditions physiques évidentes. Roman partit au quite par chicuelinas. Après un début de faena très inspiré, le natif de Bunyola joua à merveille les infirmiers pour tirer le meilleur parti d'un Jandillla noble mais faible. Dans un ensemble majoritairement gaucher, Ferrera parvint à extraire tout ce que possédait cet adversaire, réussissant à rendre une copie très plaisante où rien n'était à jeter. Toreant a mi hauteur et laissant l'épée sur le sable, l'espagnol alterna des séries majestueuses dans un corte artiste, mêlant toreria, douceur et justesse technique. Mort par lame entière d'effet rapide. Deux oreilles.

Roman lidia par fuera son Vegahermosa. Ce dernier prit une première ration sur le cheval de réserve avant une seconde et ultime en brave, mettant convenablement les reins et déplaçant la monture titulaire. Ouverture de faena par doblones enthousiastes avant d'imprimer une série à droite intéressante, laissant présager une suite radieuse. Citant ce noble astado de loin à chaque entame de tanda, Roman profita des belles charges du Vegahermosa pour éditer un trasteo de qualité et bien rythmé, supérieur sur la rive droite. Il remata ce labeur par poncinas ajustées, suivies de manoletinas engagées. Pinchazo sur recibir avant que Roman ne se fasse propulser dans les airs lors d'une seconde tentative de recibir de résultat contraire et très bas. Ovation avec salut après un coup de descabello très efficace.

Le Vegahermosa de Toñete, qui eut une attitude bizarre après le capote de salida du madrilène, prit deux piques sans éclat. Face à un exemplaire moins intéressant que ses frères, Toñete réalisa une faena en dent de scie, qui eut du mal à toucher les tendidos. Entière rapide. Silence.

Le cinquième fut changé pour cause de défaut de coordination dans ses mouvements. Le sobrero, marqué du fer de Jandilla, fut réceptionné par un capoteo discret de Ferrera. Face au piquero, le bicho ira à mas lors de deux rencontres. Brindis à Paco Ureña. A la muleta, le toro ne montra guère de belles charges sur les premières séries. A base d'abnégation et de technique, Ferrera parvint à améliorer les embestidas de cet astado, faisant aller son trasteo a mas. En fin de combat, il parvint à tirer quatre bonnes tandas en rondeur, majoritairement droitières, laissant ainsi une belle impression muletera sur le ruedo nimois. Entière sans grand engagement, suivie d'un nombre incalculable de descabellos sous les sifflets, le Jandilla se couchant par lui même à quelques secondes du troisième avis. Silence.

Le sixième, dévolu à Roman, rentra fort dans le caparaçon par deux fois et se montra bravito sous le fer. Début de troisième tiers du plus bel effet, enchaînant six statuaires statiques dans un mouchoir de poche, le long des planches. Face à un Jandilla de meilleur son à droite, le valencian livra un trasteo volontaire mais manquant de rondeur. Il remata son combat sur la courte distance, enchaînant muletazos et circulaires, faisant ainsi monter l'intensité de son trasteo sur les étagères. Luquecinas de clôture avant de loger une entière légèrement contraire, d'effet très lent. Oreille contestée.

Le septième, du fer de Vegahermosa, ne montra que peu de bravoure sous le fer. Très décidé, David De Miranda entama sa faena par cambios, plein centre. Hélas, le bicho montra peu de qualité dans l'étoffe pour permettre le triomphe. L'espagnol, appliqué, tira quelques passages isolés de correcte facture mais sans que le tout ne puisse décoller. Silence après une entière placée à l'avant.

Toñete envoya son Jandilla au groupe équestre pour deux rencontres anodines. Brindis à Antonio Ferrera. Ce dernier toro de cette longue tarde se révéla sans grand intérêt. Toñete se montra concerné et servit quelques échanges méritoires, sans parvenir à trouver écho sur les gradins. Trois quart de lame concluant. Silence.


Arènes de Nîmes (30)
Samedi 8 juin 2019 à 18h
6 Toros de Jandilla (1,2,5 ,5bis ,6,8) et 3 de Vegahermosa (3,4,7)
Poids : 506 , 530 , 515 , 550 , 549 , 546 , 543 , 570 , 522.
Durée : 3h40
Beau temps
Présidence : M.Tiberino / M.Quittard / C.T Los Chicuelitos
Léger 3/4 de plaza


A.Ferrera : Deux oreilles / Silence après deux avis
Roman : Ovation avec Salut après avis / Oreille après deux avis
D.De Miranda : Deux Oreilles / Silence

Toñete : Silence / Silence


Sorties en triomphe d' Antonio Ferrera et David De Miranda.
David De Miranda confirma son alternative nimoise face à Jocoso, marqué du numéro 111, né en octobre 2014 et pesant 506 kilos.

Alexandre Guglielmet

Voir le reportage photographique : ElTico