• 1

Nîmes (08/06/2019 - matinale) : La Cape d'Or à El Rafi, pour la deuxième année consécutive...

©ElTico
©ElTico
Le novillero local El Rafi a remporté sa deuxième Cape d'Or Nîmoise après celle obtenue l'an passé pour ses débuts en piquée dans l'Amphithéâtre. Un triomphe acquis en coupant les deux oreilles de son premier exemplaire de Pagès-Mailhan, qui aurait pû être plus important et lui ouvrir la Porte des Consuls si l'épée ne l'avait trahi au terme de son combat face au dernier de l'envoi.

Le lot en provenance des Jasses de Bouchaud a donné satisfaction, tous les novillos se révélant noble à divers degrés, les quatrième et cinquième accusant un léger manque de transmission par rapport à leurs frères de camada.
Curieusement, les conditions climatiques étant contrairement à hier soir, dignes d'une matinée de toros, le public sembla avoir malgré tout du mal à rentrer dans la course et la tauromachie de Francisco De Manuel, de corte ultra classique, n'arrangea rien à ses affaires. Diego San Roman au contraire fit preuve de beaucoup d'entrega et connecta rapidement avec les tendidos. Cependant, ses deux prestations se terminèrent sur une impression brouillonne qui leur interdit un retentissement plus important.

Laurent Deloye ElTico


La chronique d'Alexandre Guglielmet :

Le premier de cette matinée, dévolu à Francisco De Manuel, se montra brave sur la rencontre initiale face à la cavalerie avant une seconde pique de moindre qualité. Diego San Roman partit au quite par chicuelinas léchées et parfaitement cadencées, récoltant des applaudissements nourris. Au dernier tercio, l'utrero se montra noble malgré une tendance à rester court sur les fins de muletazos. Arborant une technique fort appréciable, l'espagnol tira le maximum de cet adversaire, éditant ainsi un trasteo très convaincant sur les deux rives, le tout en musique. Il saupoudra ce labeur de bon niveau par molinetes, passe dans le dos et bernadinas ultra serrées. Une mort par entière un poil contraire au deuxième assaut lui coûta certainement un appendice. Vuelta après une pétition minoritaire non concédée par le palco.

Réception discrète et heurtée de Diego San Roman face au second du lot. Le piquero se montra maladroit sur une première puya rectifiée.La seconde et ultime fut quant à elle légère et trasera avant qu'El Rafi ne dessine un quite par chicuelinas de belle facture. Sur l'entame de faena par doblones parfaitement ajustés, ce noble bicho laissa entrevoir un léger manque de force. Prenant de suite la zurda, le mexicain traça une série de longues naturelles à gusto, déclenchant ainsi les accords musicaux. Bénéficiant des charges intéressantes de ce Pagès-Mailhan, Diego San Roman livra une première partie de faena intéressante et templée avant que le tout ne perde de sa superbe, se montrant par la suite plus brouillon malgré une alegria débordante. Il termina ce labeur majoritairement gaucher par un répertoire varié, ponctuant l'ensemble par des manoletinas de rodillas très engagées. Mort par entière très légèrement de côté, libérant une oreille du palco.

El Rafi se distingua au capote lors de la réception de son premier opposant, imprimant des veroniques soyeuses et écoutant ainsi les travées résonner. Le Nîmois ne fit piquer que très légèrement son novillo avant de voir un échange de quite entre El Rafi et Francisco De Manuel, remporté à l'applaudimètre par le local du jour. Après un brindis au public, El Rafi initia sa faena par deux cambios ultra serrés, faisant frissonner l'assistance. Face à un exemplaire de bon son, le protégé de Patrick Varin et Alberto Garcia réalisa une prestation ambidextre plaisante et classique qui trouva écho dans les tribunes. Sous la musique, il connut les meilleurs passages sur tribord, laissant bien courir la main afin d'enrouler ce noble utrero autour de sa ceinture. Luquecinas de clôture avant de loger une entière par recibir d'effet immédiat. Deux oreilles.

Francisco De Manuel salua son second adversaire par un capoteo élégant et fin avant de le conduire avec application au lancier, qui ne se montra guère précis par deux fois. Quite de Diego San Roman par gaoneras stoïques et allurées. Après un brindis au public, l'espagnol débuta à genoux le long des planches pour un résultat inégal. Face un novillo moins intéressant que ses frères, Francisco De Manuel tenta de construire une faena, en vain. Mort par lame quelque peu contraire, suivie d'un coup de descabello. Silence.

Diego San Roman se fit déborder lors d'une réception capotera heurtée face au cinquième de la matinée. Tercio de varas mal exécuté par pique trasera en premier lieu avant une seconde peu précise. A l'issue, Rafi servit un quite par zapopinas allurées, écoutant ainsi une ovation. Face à un novillo manquant de transmission, Diego San Roman, très volontaire, livra quelques gestes isolés de qualité, notamment en début de faena mais ne fut jamais en mesure d'inverser la tendance. Mort par entière de côté fulgurante. Ovation avec Salut.

Le dernier de l'envoi fut le plus sérieux de la matinée. Au tercio de varas, le Rafi le fit châtier que légèrement par deux fois, le piquero sortant du ruedo sous l'ovation. Salut de Morenito d'Arles après deux belles paires de banderilles. Face à ce novillo mobile, le Nîmois édita une prestation classique sur les deux pitons, agrémentée de circulaires. Final par passes aidées par le haut et molinete avant de tuer en cinq essais. Silence.

Arènes de Nîmes (30)
Samedi 8 juin à 11h30.
6 novillos de Pagès-Mailhan
Poids : 452 , 440 , 450 , 445 , 460 , 480.
Durée : 2h35
Beau temps , vent parfois gênant.
1/3 plaza

Francisco De Manuel : Vuelta / Silence
Diego San Roman : Oreille / Ovation avec Salut
El Rafi : Deux oreilles / Silence après avis

La 59ème Cape d' Or (Peña Antonio Ordoñez) fut attribué à El Rafi.

Alexandre Guglielmet


Voir le reportage photographique : ElTico